Copilote professionnel - Champion du Monde de Rallyes et Rallyes-Raid
  • BLOG
02/01/2017

Dakar 2017 - Interview

Mathieu et Nasser une rencontre au sommet… 
La rencontre se produit chez BMW en 2006, (Mat roulait avec Guerlain Chicherit) et ils ont bien sympathisés dès le début.
Nasser relevant son potentiel lui a dit « Si j’ai besoin de toi, et quand tu seras prêt, je t’appelerai »

La 1ère course ensemble se réalise en 2008, et se solde par une victoire lors de la BAJA en Arabie Saoudite,  au sein du Team BMW. Par la suite ils gardent contact très étroit.
C’est grâce à Nasser que Mat fait ses début en Rallye « traditionnel » au Moyen Orient, en lui donnant l’opportunité de rouler avec différents pilotes dans l’optique de former Mat et de l’aider à développer son potentiel de Copilote.

« 2011, je roulais avec Bernhard TENBRIKE, j’ai d’ailleurs gagné le Rallye OiLibya du Maroc 2011. 2013, après ma participation au Dakar avec TENBRIKE, Nasser m’a appelé et ma demandé de rouler avec lui sur le Championnat Cross-Country Rallye FIA en 2014 dans l’optique de préparer le Dakar 2015. J’étais prêt ! »

« Nous formons l’équipe à temps complet depuis février 2014  et le % de victoires par rapport aux courses réalisées est très encourageant ! Nous sommes très satisfait, l’un l’autre de rouler ensemble. 
2014 : 12 courses / 50% gagnées
2015 : 24 courses / 20 victoires
2016 : 11 courses réalisées et gagnées ! » 

Nombre d’année avec Toyota et nouveau partners pour Dakar 2017 : 
« Suite au Dakar 2016, nous avons décidé avec Nasser de changer de team et de nous rapprocher de Toyota. On voulait faire un test, voir le potentiel de la voiture et voir si on pouvait espérait faire un résultat avec cette nouvelle voiture. Au vu de cette année 2016, avec 6 victoires sur les 6 manches de la Coupe du Monde FIA des Rallyes-TT y compris les grands rallyes tels que Abu dhabi, Qatar et le dernier rallye du Maroc : notre choix est plutôt bon :-) ! » 
« On a beaucoup travaillé et on a bien développé la voiture pour qu’elle soit performante pour ce Dakar qui arrive, tout ceci, aidé par notre équipe OVERDRIVE et TOYOTA GAZOO Afrique du Sud. Ce travail conséquent fait que nous sommes en bonne position avec cette nouvelle Toyota et de plus on a de très bons équipiers en les personnes de Giniel DE VILLIERS / Dirk von Zitzewitz et Nani ROMA / Alex HARO. On forme un très très beau Team avec lequel on peut vraiment travailler pour espérer récolter ensemble le meilleur résultat possible : c’est à dire gagner le Dakar ! »

Ton Etat d’esprit pour ce Dakar 2017  : 
« Aujourd’hui je suis un peu partagé… Je suis évidemment extrêmement content d’être là à quelques jours du départ, tout est prêt, l’équipe a très bien travaillé et nous avons très bien préparé cette nouvelle édition. Mais, j’ai quelques appréhensions car l’organisateur cette année a changé énormément de choses au niveau de la navigation. 
C’est une nouvelle personne qui a réalisé le tracé et le road-book, donc une nouvelle manière d’écrire. Il nous faut donc essayer de comprendre ce qu’il a voulu écrire, dessiner et nous faire comprendre. Cela peut prendre quelques jours pour ce caler. Associé à cela, de nouvelles règles de navigation ont été mise en place, qui vont durcir la navigation en particulier sur les nouveaux WP à trouver qui s’appellent les WPC (WayPoint Control ). Ceux-ci ont un rayon de validation très réduit ce qui les rend difficile à pointer et de plus notre GPS ne nous permet plus de naviguer comme avant avec beaucoup moins d’aide et beaucoup moins de facilité à rester sur la bonne piste. 
Tout ces paramètres associés provoquent forcément un peu plus de stress avant le départ puisqu’on ne sait pas comment tout cela va nous être présenté dans le road-book. Donc j’espère qu’après les  premiers kms se sera fincalement facile et qu’on trouvera rapidement notre nouvelle méthode de travail. »

 Qu’est ce qui t’enthousiasme : 
«  Le fait de découvrir un nouveau pays : Le Paraguay. On part cette année de la ville de Asuncion. C’est toujours sympa de découvrir des nouvelles pistes, des nouveaux horizons, de nouveaux paysages. Pour l’instant de ce que j’ai vu ça à l’air très très beau et je pense qu’on va se régaler sur ces belles et nouvelles pistes. Le tracé est intéressant cette année avec en Argentine des pistes qui sont plus ou moins déjà connues, de nouvelles portions en Bolivie avec le paramètre de l’altitude à prendre en considération et de nouvelles portions de sables qui vont nous donner du fil à retordre en Bolivie. »
«  La course va être beaucoup plus intéressante car les écarts plus serrés.
Le règlement technique a aussi évolué pour 2017. Notre voiture qui utilise un moteur essence atmosphérique sans turbo a gagné 2mm en bride, donc en admission d’air, ce qui devrait nous aider en terme de performance et surtout en altitude à « perdre » moins que les années précédentes. En parallèle, la concurrence a elle une bride plus petite et des impératifs techniques devraient un peu les embéter. Tout cela me rend assez confiant parce que je pense que l’écart entre les équipes devrait être moindre. Cela devrait donner une courses plus intéressante en particulier pour nous dans la voiture évidemment car il va falloir gérer la course différemment des années précédentes, et surtout pour le public et ceux qui suivent le Dakar en live.»

Ta todo pour cette dernière ligne droite avant le départ ?
« Les 3 jours avant le départ, on ne les passe pas à attendre à rien faire :-) ! 
Toute l’équipe est sur place : les mécaniciens, les ingénieurs, toutes les personnes qui vont travailler avec nous pendant ces 15jours en partant du physio, le Team manager, toutes les personnes qui vont aller de bivouac en bivouac installer notre campement pour nous recevoir à la fin de chaque étape.
On passe ces 3 derniers jours à remettre en place tout notre équipement, les pièces qui sont arrivées par bateau dans les camions, les pièces de rechange pour chaque jour. On remet la voiture en configuration pour les 1ers jours de course et notamment pour le prologue d’une quarantaine de km. La voiture n’est pas réglée de la même manière lorsqu’on part pour 40 km ou 500km. 
Ce sont tous ces détails que nous calons tous ensemble. Cela nous permet aussi de rencontrer tous les fans qui nous attendaient ici. Au Paraguay on trouve un pays avec une culture et une passion du sport auto très forte ! Ils sont tous vraiment supporters des équipes et on est content d’avoir une bonne côte. C’est toujours sympa de les rencontrer avant le départ. »
« On fait une séance d’essai pour tester les pièces neuves qui ont été montées sur la voiture. Suite à ça la voiture est reconditionnée. Ensuite il y a la journée de vérifications administratives et techniques pour les équipages, les véhicules, les assistances. Un fois tout cela fait : on est dans les starting-blocks ! Il y a une petite parade en ville avec un podium de départ qui est télévisé comme chaque année et qui rassemble énormément de public au plus proche de nous. C’est une chance pour nous et eux de partager ce moment fort du départ car ensuite on est dans notre course et c’est plus difficile. »

Objectifs 2017 pour Nasser et toi ?
En premier lieu, ce Dakar est très important car c’est LA grande course de l’année. C’est très important de gagner le Dakar au même titre que la Coupe du Monde des Rallye-Raid. Tout ce qui est fait durant l’année, sert vraiment pour cette course de fin de saison. Comme à chaque course à laquelle on participe avec Nasser, on fait tout pour obtenir le meilleur résultat possible. 
Après notre victoire 2015 et notre belle 2è place en 2016, on va essayer de faire une nouvelle fois un très bon résultat avec Nasser sur ce Dakar. Un seul but : Gagner ce Dakar. 
Ce ne sera pas facile car c’est le but de tous les équipages.
Notre point fort avec Nasser, en comparaison avec les autres équipages, c’est d’avoir créer une réelle empathie l’un vis à vis de l’autre ! On se fait confiance à100%, et notre entente parfaite l’est, tant dans l’auto que dans tous les moments en dehors. 
Passer ces 15 jours dans ce petit habitacle est parfois difficile a supporter pour certain, surtout avec la pression de la performance… Mais pas pour nous, ce qui nous procure une facilité dans notre travail. 
Souvent on n’a pas besoin de se parler : un geste, un signe et on sait ce que l’autre veut. 
Tout le temps passé ensemble est sans stress, sans énervement. Lorsqu’on fait des erreurs ou l’un, ou l’autre, on se complète, on s’aide, on avance ! Et ce n’est pas le cas pour tous les équipages.
La concurrence s’est densifiée au fil des courses. Les concurrents directs sont chez Peugeot Stephane Perterhensel qui évidemment est pour moi le plus dangereux, mais il ne faut pas oublier Cyril Despres qui a bien évolué. Carlos SAINZ est le plus rapide et Sebastien LOEB a petit à petit engrangé de l’expérience. Il va forcément jouer les troubles fêtes sur des spéciales et se placer pour le résultat final.
Chez Nous on a une équipe assez forte avec Giniel et Nani. Ils ont déjà gagné le Dakar et ont une énorme expérience. Ce sera sera un appui pour nous aider à la victoire mais ils ne laisseront pas passer leur chance n’ont plus d’être devant. Donc en parallèle avec BMW, Mikko HIRVONEN en tête de liste, ce Dakar promet vraiment une belle bataille et une course très ouverte. Pour l’instant, si quelqu’un est à même de donner le nom du vainqueur, je le félicite, car personnellement je ne sais pas…  ça va être très très serré.
J’ai hâte désormais de prendre le départ car la course va être acharnée et je souhaite bonne chance à tous les participants pour ce Dakar 2017. J’en profite pour transmettre mes voeux pour cette nouvelle année à tous ceux qui nous suivent et nous encouragent.